GREVE DES LOYERS

LETTRE AUX AUTORITÉS

Madame, Monsieur, 
La crise sanitaire du Covid-19 nous plonge dans une crise économique sans précédent.
Celle-ci touche de plein fouet les travailleuses* précaires, les petites associations, les étudiantes ayant un job précaire, les PME, les indépendantes… Beaucoup d’entre nous ont besoin de l’intégralité de leurs revenus pour payer loyers et crédits. Or les conditions actuelles ne garantissent pas à toutes de pouvoir faire face à la crise de manière égale. La liste est longue de celles qui vont être frappées de plein fouet par les crises économique et sanitaire et par la fermeture ou le ralentissement des activités non essentielles.
Les mesures proposées par le Conseil fédéral incluant un délai pour le paiement des loyers et des emprunts à taux zéro ne font que reculer l’échéance d’un endettement assuré.
Nos loyers constituent un tiers de nos revenus salariés, parfois plus, à cela s’ajoutent les loyers professionels. Dans le contexte de la crise sanitaire, ces frais sont insoutenables et ne doivent pas être supportés par les individus. Nous souhaitons toutes contribuer à la relance d’une économie de proximité au travers de notre fidélité envers les productrices d’aliments, les restaurants et lieux de vie lorsque ceux-ci seront rouverts. Diriger notre épargne ou les subsides attribués vers nos loyers et paiements hypothécaires revient à soutenir la seule économie foncière au détriment des PME, des indépendantes et des salariées de l’économie de proximité. 
Nous voulons que notre dignité et notre sécurité et celles de toute la population soient soutenues en priorité. Pour cela nous vous demandons :
– d’exiger des bailleurs publics une exonération de loyer pour un minimum de trois mois (ou au moins un mois après la fin de la crise sanitaire), hors marché libre.
– d’imposer un moratoire sur les expulsions locatives et de squat pour une durée de cinq ans.
– d’inciter les bailleurs privés à renoncer aux loyers des mois d’avril, mai et juin 2020 (ou au moins un mois après la fin de la crise sanitaire).
– de réquisitionner les
hôtels et des lieux vides pour loger les personnes qui en ont besoin dans des conditions dignes.
Ce sont les seules solutions pouvant permettre à chacune de faire face dignement à la crise. 
La Task Force “Droit du Bail et crise du Coronavirus” qui a été créée pour l’occasion s’occupe pour l’instant uniquement des loyers commerciaux, elle devrait également se pencher sur les loyers des particuliers.
Nous espérons que vous entendrez notre appel, sans quoi nous serons forcées de mettre en place une grève des loyers comme c’est déjà le cas dans d’autres pays.
Pour information, nous avons invité la population à demander massivement une exonération des loyers à leurs propriétaires ou régies. La solidarité que nous avons mise en place pour nous soutenir entre voisines ira plus loin, la population suisse sera unie et solidaire pour faire face à la crise et nous vous appelons à agir pour préserver la dignité de toutes.
Nous espérons avoir un retour de votre part au plus tard le 25 avril 2020, sans quoi nous serons forcées de décréter une grève des loyers. Nous restons bien entendu à votre entière disposition. 
Vous avez si facilement débloqué des fonds pour les entreprises mais semblez oublier que la base de l’économie est faite d’individus: les productrices, consommatrices et les mangeuses que nous sommes toutes.
Dans l’attente de votre retour, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, nos salutations distinguées. 
Collectif Grève des Loyers – Genève
*L’utilisation du féminin est choisie pour des fins de lisibilité et inclut toutes les identités de genre.

         

DESIGN BY INFOMANIAK | POWERED BY WORDPRESS